Articles

Les fiduciaires suisses sont à cheval sur la protection de leurs données et de leur informatique. Leurs clients, et leur métier, leur imposent un niveau de sécurisation plus élevé qu’ailleurs. Traditionnellement, elles étaient réticentes à mettre leurs données dans le Cloud. Mais le vent tourne, notamment avec l’arrivée de Microsoft sur le sol helvète.

Traiter des données sensibles, telles que salaires, comptes de résultat ou informations fiscales, incite à la prudence. Et mettre de telles informations dans un grand Cloud public peut apparaître comme un risque supplémentaire aux yeux des plus réticents. Surtout si ce Cloud n’est pas hébergé sur le sol suisse. Mais depuis maintenant quelques années, les choses bougent. Très rapidement même.

Si certains secteurs ont passé le cap de l’inquiétude, fondée ou pas, d’autre métiers ne semblent pas pressés de s’engouffrer dans la brèche du Cloud public. C’est souvent le cas des fiduciaires, qui préfèrent encore avoir leurs données sous la main. Les besoins en mobilité, ou même la récente crise de la Covid-19, ont mis à jour les limites de cette approche. Et remis sur la table la question de la transition Cloud.

Le signal de la FINMA

Petit retour en arrière. Mars 2018 : la FINMA donne le feu vert à l’utilisation du Cloud public pour les organismes dépendants d’elle. Même hors de Suisse. Il s’agissait du coup d’envoi d’un mouvement massif vers le Cloud de l’informatique de ces structures institutionnelles. Depuis, des géants comme PostFinance ou UBS ont annoncé y avoir recours massivement, pour stocker des données ou y effectuer des traitements. Il s’agissait d’un signe encourageant : l’informatique en nuage, loin d’être un facteur de risque, était au contraire un levier puissant de développement.

Plus tard, à l’orée de l’année 2020, Microsoft annonçait l’ouverture publique de ces centres serveurs Cloud suisses, et leur disponibilité immédiate (non sans y avoir installé de manière privilégiée quelques entreprises de renom, UBS en tête). Avec deux centres, suffisamment éloignés pour se mettre à l’abri de risques sismiques, cette annonce marquait une étape supplémentaire dans le cycle de transition entamé par la FINMA deux années plus tôt.

Et l’informatique des fiduciaires dans tout ça ?

Mais quid des structures plus petites, et notamment de l’écosystème des fiduciaires ? Elles peuvent désormais elles aussi s’appuyer sur un grand Cloud public pour stocker leurs emails, sauvegarder leurs fichiers, et bénéficier de services Cloud hors-pair. Sans que rien ne sorte de Suisse. Avec à la clé, des taux de disponibilité et de durabilité des données inégalés. Et en prime, la législation et le droit local en cas de litige ou d’enquête.

Non seulement Microsoft permet de stocker vos données en Suisse. Mais les services Microsoft 365 donnent un coup d’accélérateur à votre activité.

Par exemple, Microsoft annonce dans le cadre de son offre Microsoft 365 une disponibilité mensuelle des services de messagerie et de stockage Cloud de 99.9% au moins. Soit grosso modo moins de 3/4 d’heure d’indisponibilité par mois. Pour ce qui est de la résistance des données dans le temps, l’objectif est tout simplement de 100%. Qui peut avoir l’illusion d’obtenir de tels résultats avec son serveur sur site ? Et à quel coût ?

La mobilité comme critère numéro 1

Passé le constat concernant l’écart de niveau de service, c’est surtout du côté fonctionnel que les choses sont les plus évidentes. Car en plus de fournir un cryptage des données de bout en bout, c’est sur le terrain de la mobilité que la différence Cloud se fait finalement le plus sentir. Stocker ses emails et ses fichiers dans le Cloud donne un réel avantage pour qui souhaite travailler loin du bureau. L’épidémie de coronavirus aura permis aux entreprises qui avaient fait ce choix d’en prendre conscience quotidiennement.

Et les choses vont même un peu plus loin, puisque Microsoft 365 fournit en standard les outils de collaboration tels que Teams pour mettre en place, en quelques clics, conférences audio ou vidéo. Mieux : le système de protection des appareils d’entreprise proposé en option permet de contrôler les flux des données, et prévenir les risques de fuite – intentionnelle ou pas. Tout en se protégeant du vol ou de la perte d’un ordinateur – en l’effaçant à distance par exemple.

Les fiduciaires en tête de pont, telles que Fiduciaire Lucimo ou Fid’Armonia, l’ont bien compris. Elles bénéficient non seulement d’une protection sans équivalent de leurs données, mais aussi d’une mobilité qui leur permet de faire face à toutes les situations. Et tout cela, sans que rien ne sorte de Suisse.

Que vous soyez directeur(trice) ou client(e) d’une fiduciaire, il n’est pas trop tard pour vous demander si la protection de vos données est encore au goût du jour. Et en tout cas, si des alternatives ne s’offrent pas à vous pour remettre en cause les choix effectués il y a quelques années. Les récents changements technologiques pourraient bien faire tomber quelques certitudes.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud

La gestion des mots de passe est un casse-tête quotidien. Avec la multiplication des applications et des outils en ligne, nous essaimons nos identifiants de site en site. La tentation est grande d’utiliser toujours le même mot de passe. Ou de les noter sur papier ou dans un fichier en clair. Heureusement, les outils de protection se répandent. Et ce à jeu-là, les Suisses s’en sortent mieux que les autres.

Dans son dernier rapport mondial sur la sécurité des mots de passe, LastPass, le bien-nommé leader du secteur, dresse un constat global sur la protection des codes de sécurité en entreprise. Analyse géographique, typologique, sectorielle ou technologique : rien n’est laissé au hasard dans ce document qui recense les données de plus de 47’000 entreprises à travers le monde.

Les mots de passe pullulent, surtout dans le PME

Premier constat : alors que les employés des grandes entreprises ne doivent gérer « que » 25 mots de passe en moyenne, le taux explose à 85 par employé dans les PME de 1 à 25 personnes. Le cauchemar lié à cette gestion dans les sociétés les moins aptes à le faire correctement – par manque de moyens – n’est donc pas un vain mot. Ni une vue de l’esprit.

Pas étonnant donc de retrouver les mots de passe d’entreprise consignés gentiment dans un fichier Excel. Fichier qui n’est en général lui-même pas protégé par un autre mot de passe – peu utile d’ailleurs, ou un cryptage. Mais plutôt stocké sur un ordinateur personnel, avec tous les risques de perte que cela sous-entend. Et qui finit de toute façon par être imprimé, au cas où.

Un utilisateur lambda réutilise en moyenne 13 fois le même mot de passe

Mal connus des PME, les gestionnaires de mot de passe permettent pourtant de pallier cette difficulté. Gratuits pour un usage personnel, peu coûteux pour un usage en entreprise, ils permettent avec une simple application sur smartphone de stocker dans le Cloud tous les mots de passe. Et de les partager en interne, d’un collaborateur à l’autre. Tout en les cryptant.

Deux mots de passe valent mieux qu’un

Toutefois, même lorsqu’ils sont bien protégés, nos mots de passe peuvent être dévoilés de manière involontaire. Les attaques par hameçonnage se multiplient, qui vous incitent, en jouant sur la peur ou une proposition alléchante, à vous connecter avec votre compte préféré. Là, il n’est plus question de laisser un mot de passe sans sécurité, mais bel et bien de vous le voler, en abusant de votre confiance sur un site qui en semble digne.

Le risque ensuite, c’est que vos identifiants soient vendus à des personnes malhonnêtes, ou utilisés immédiatement sur un ensemble de sites bien connus – Facebook ou Google pour commencer – pour tenter de vous extorquer encore plus d’information. Car comme tout le monde, vous utilisez le même mot de passe un peu partout. 13 fois en moyenne selon l’étude de LastPass.

La Suisse est le 3ème pays au monde à utiliser le plus l’authentification double

C’est là que l’authentification à facteur multiple vous sauvera. Car si votre œil exercé n’a pas identifié l’attaque de phishing qui convoite votre mot de passe, tout n’est pas encore joué. Si vous avez activé l’authentification à double-facteur, votre voleur du jour ne pourra rien tirer de votre mot de passe. Mais encore faut-il avoir pris les devants.

Mise en service en quelques clics

La plupart des sites grand public proposent déjà cette protection supplémentaire depuis longtemps. Parfois à des fins un peu floues, puisqu’ils vous demandent pour cela votre numéro de mobile. En entreprise aussi, les choses avancent bien. L’exemple le plus flagrant concerne Microsoft, qui avec la percée de son offre Office 365, a généralisé l’utilisation des facteurs multiples d’authentification.

Concrètement, cela se basera sur votre numéro de mobile, pour vous envoyer un code à usage unique par SMS, qu’il faudra saisir pour terminer votre authentification. Mieux, une application sur votre smartphone peut générer ce code, ou même vous envoyer une simple notification que vous devrez valider sur votre téléphone, après l’avoir déverrouillé bien sûr, si possible avec votre empreinte digitale.

En la matière, l’étude de LastPass nous révèle que la Suisse est le 3ème pays au monde à utiliser le plus l’authentification à facteur multiple. On ne se refait pas : la protection des données est une valeur ancrée dans tout le pays, héritage de l’industrie bancaire. Et si pour vous, le pas n’a pas été encore franchi, surtout dans votre entreprise, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour entretenir cette belle réputation.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud

Régulièrement, la Suisse figure en bonne place dans le classement des économies les plus innovantes. Son tissu de PME y contribue largement. On pourrait les croire en avance dans l’usage des technologies, et notamment du Cloud public. Et pourtant, les réticences sont encore nombreuses. Eclairage sur ce phénomène.

Il y a quelques mois, Microsoft annonçait l’installation de son Cloud public sur le territoire helvète. Le leader des logiciels permettait ainsi aux clients de conserver leurs données localement, tout en utilisant ses produits phare, tel Office 365. Avec deux centres de données, le géant de Redmond affichait clairement ses ambitions, et damait le pion à Amazon, son grand rival.

Mais avec une couverture en Europe très dense, Microsoft fournissait déjà ses services en Suisse en assurant une proximité suffisante. Tout en conservant les données sous juridiction européenne. Alors pourquoi s’implanter dans la Confédération plutôt que de servir ses clients suisses depuis la France ou l’Allemagne ? Tout simplement pour convaincre les réticents, et notamment les PME.

De la difficulté des PME à se moderniser

Car si Microsoft vise en priorité les secteurs stars de l’économie suisse – finance, chimie ou biotechnologie – l’objectif réel est probablement ailleurs. La santé des PME suisses attise les convoitises. Microsoft fait donc coup double, en offrant des garanties aux multinationales, tout en activant son réseau de partenaires pour convaincre les PME qui traîneraient encore les pieds.

Alors qu’ailleurs en Europe, les petites structures sont en majorité partantes pour utiliser du Cloud public, la tendance est inverse en Suisse. Il semble qu’il y ait une sorte d’économie à deux vitesses, avec d’un côté les jeunes pousses naturellement technophiles, et de l’autre les PME plus traditionnelles, moins aptes au changement technologique. C’est ce que montrent d’ailleurs nos propres analyses.

Quand Microsoft annonce une pénétration globale d’Office 365 de presque 60%, une étude sur 300 PME genevoise affiche un taux plutôt proche des 20%. Alors même qu’en 2016 déjà, près d’un dirigeant de PME suisse sur deux indiquait ne plus se soucier de la localisation de ses données.

Avec 20% de pénétration d’Office 365 en Suisse pour Microsoft, et 10’000 clients pour Amazon Web Services, la concurrence s’annonce féroce.

Paradoxe, donc, que deux facteurs viennent alimenter. Le premier concerne la relation ambigüe, voire douloureuse, des petites entreprises traditionnelles avec leur informatique. Mal nécessaire pour beaucoup d’entre elles, tout changement en la matière est vécu comme une punition. Ces PME se contentent donc d’un parc informatique vieillissant, fonctionnel mais obsolète et qui pénalise leur transformation numérique.

Second facteur : la localisation des données. Si transférer ses serveurs dans un datacenter avait déjà représenté un pas psychologique important, les déplacer maintenant dans le Cloud public est un changement auquel toutes les PME ne sont pas prêtes. Par peur de l’inconnu pour certaines. Par crainte, justifiée ou non, de leur exposition pour les autres. Alors même que le Cloud public offre les meilleures garanties de protection. Et que les contraintes réglementaires restent minimes.

Une réglementation peu contraignante

Un exemple ? En 2018, la FINMA ouvrait grand les portes à l’utilisation du Cloud public pour les entreprises sous sa réglementation. Ça n’est d’ailleurs pas un hasard si UBS fait partie des premières références de l’offre Cloud de Microsoft en Suisse. Au final, très peu de secteurs restent réellement contraints sur l’emplacement de leurs données.

Autre fait saillant : héberger ses données en Europe ne constitue pas un risque majeur. Au contraire, la sécurité y est optimale, grâce au cryptage systématique sans surcoût, et au taux de disponibilité sans égal. Mais surtout, parce que la juridiction suisse ne protège pas de tout : les accords de coopération internationale autorisent déjà le transfert de données hors de Suisse.

Malgré tout, Microsoft n’a donc pas attendu que ces barrières psychologiques tombent dans l’esprit des dirigeants. Son implantation en Suisse fait partie d’une stratégie agressive que sa deuxième position sur le marché mondial l’oblige à adopter. Notamment parce que la concurrence affûte ses armes. Amazon Web Services, filiale du géant du eCommerce, et leader mondial du Cloud public, revendique déjà 10’000 clients sur toute la Suisse. Et ne compte pas s’arrêter là.

Pour enfoncer le clou, et motiver les dirigeants de PME partagés entre l’envie de moderniser leur informatique et la crainte de devoir tout changer, Microsoft a lancé le Migrate Switzerland Day. Sorte de concours de migration de clients, il vise à promouvoir ses services en Suisse en déplaçant le plus possible de PME sur ses nouveaux datacenters. En un seul jour. Opération marketing certes, mais qui marquera peut-être le vrai point de départ du renouvellement informatique des PME suisses.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud

Annoncée depuis près d’une année, l’installation d’Azure en Suisse se précise. Bien que probablement retardée pour la fin de l’année 2019, cette arrivée marque une nouvelle étape dans l’expansion du Cloud public. Le Cloud Microsoft en terre helvète ouvrira de nouvelles opportunités aux PME comme aux grands groupes. Mais dans quelle mesure ? Eclairage sur cette implantation tant attendue.

Quand on parle de Cloud public, la localisation des données est un sujet récurrent. Notamment pour des secteurs sensibles, tels que le médical ou le bancaire, dont la Suisse héberge de nombreux acteurs. A tort ou à raison, mais c’est ainsi. De fait, externaliser ses données chez des géants tels que Microsoft, Google ou Amazon peut provoquer quelques réticences si le choix de leur emplacement n’est pas possible. L’établissement de centres de données Microsoft en Suisse change la donne. En partie.

Le choix des armes

Jusqu’à il y a peu, choisir un Cloud public parmi les 3 leaders du marché – Amazon, Microsoft ou Google, dans l’ordre – supposait d’abandonner la territorialité suisse de ses données. Avec l’arrivée successive de Google, et bientôt de Microsoft, ce choix ne sera plus de mise. Il sera donc bientôt possible – fin 2019 ou début 2020 – de lancer des serveurs virtuels Azure par exemple, qui s’exécuteront physiquement sur le sol suisse.

Mais il convient tout d’abord de relativiser. Premièrement, ce déploiement ne concernera dans un premier temps qu’une fraction des services du Cloud Microsoft. Dans le détail, on parle des services de base d’Azure – la gamme d’infrastructure à la demande (IaaS) de Microsoft – tels que les serveurs virtuels, les bases de données ou le stockage de fichiers. Et également d’Office 365, le service de productivité bien connu.

Après l’augmentation de tarif de 2018, un Cloud Microsoft suisse plus cher serait pénalisant.

Si cela pourra s’avérer largement suffisant pour les PME, les grands groupes, notamment dans les secteurs évoqués plus haut, risquent de pâtir de l’absence de services avancés, tels que le Big Data, l’intelligence artificielle ou l’Internet des objets. Avec plus de 500’000 PME de moins de 10 salariés, le potentiel reste énorme. Les grandes entreprises devront, elles, patienter encore un peu plus.

Un Cloud Microsoft, suisse mais plus cher

La question du prix reste également centrale. Microsoft a déjà annoncé que les tarifs de son offre localisée en suisse seront plus élevés que dans le reste de l’Europe. En ayant déjà appliqué pendant l’été 2018 une augmentation de 6% à 9% sur ses tarifs suisses, cela rsique de faire beaucoup. Et pénaliser éventuellement le succès de l’offre auprès des PME qui n’auront pas les moyens de négociation des multinationales établies à Genève ou Zürich.

Patriot Act et Cloud Act continueront de s’appliquer. Reste à connaître la portée réelle de ces lois.

Microsoft en l’occurrence en a déjà fait l’amère expérience en Allemagne, où des tarifs trop élevés ont plombé une de ses offres. Son approche dans ce pays consistait à ne pas opérer directement un de ses centres de données, mais à en confier les clés à Deutsche Telekom, afin de conserver la souveraineté des données en Allemagne. Malheureusement, ce modèle affectait trop le coût final pour que les clients ne le sélectionnent. Malgré la contrepartie territoriale.

Ce qui nous amène naturellement à la question de la juridiction. Avec des données stockées en Suisse, quel sera leur niveau de protection ? Et quel sera l’apport supplémentaire du Cloud Microsoft en Suisse par rapport aux autres implantations européennes ?

Patriot Act et compagnie

Aux dernières nouvelles, la société en charge de l’exploitation des données sera une filiale suisse. Et ces deux mots disent tout. Cette entreprise sera soumise à la juridiction suisse. Ce qui signifie que toute demande d’accès aux données devra passer, dans le cadre d’une procédure judiciaire, par un juge suisse.

Mais en tant que filiale d’une groupe américain, elle sera également soumise aux biais inter-territoriaux introduits depuis quelques années. Le Patriot Act en premier, et le plus récent Cloud Act d’autre part. Si ces termes peuvent inquiéter, il est nécessaire de les démystifier.

Né après les attentats du 11 septembre, le Patrio Act est une loi antiterroriste, et les procédures exécutés sous cette loi se limitent à ces activités. Quant au Cloud Act, il découle de la volonté des Etats-Unis d’accélérer l’accès aux données suite à l’expansion des échanges délictueux sur les messageries en ligne, en renforçant et en accélérant les accords d’échange de données internationaux.

Bien que rassurant pour les clients, la localisation des données en Suisse ne doit pas être le seul critère de sélection.

Par conséquent, pour les infractions de nature criminelle, l’accès aux données par une juridiction américaine sera toujours possible dans le Cloud Microsoft. Pour des délits, financiers par exemple, le Cloud Act pourra potentiellement aussi entrer en vigueur, mais plus probablement grâce la mise en oeuvre d’accords de collaboration.

Un avantage relatif

L’avantage n’est donc pas si significatif que cela. Il s’agit finalement plus d’un impact psychologique pour les clients finaux, si l’on exclut les rares secteurs qui soient véritablement réglementés en matière de localisation des données. Pour aller plus loin, il faudrait confier ses données à une entreprise dont le groupe faîtier se trouve en Suisse, telle que Swisscom. Tout en gardant à l’esprit qu’une procédure judiciaire étrangère pour crime n’empêcherait pas la divulgation des données, via des collaborations internationales existantes et déjà largement utilisées.

Même si dans les faits l’arrivée du Cloud Microsoft en Suisse ne change donc pas radicalement le paysage du marché IT, elle a le mérite de répondre à un besoin. Quand bien même les clients ne sauraient le justifier ou la rationaliser. En ce sens, c’est une avancée. Reste à voir quels seront les produits disponibles, quand et à quel prix.

En tout état de cause, la localisation ne doit pas rester le seul critère de choix du fournisseur Cloud. Si Microsoft prend un avantage sur ses concurrents directs, les autres alternatives doivent aussi être considérées. Car la sélection du meilleur Cloud doit mettre en balance différents besoins et critères, afin de faire un choix équilibré, au bénéfice du client. Dans notre rôle d’expert Cloud en Suisse romande, c’est ce que nous nous efforçons de faire au quotidien. En tout cas pour les 41% de dirigeants d’entreprise qui ne se soucient plus de l’emplacement du stockage de leur données.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud

Au début de l’été (juin 2018) Microsoft a annoncé une revue de sa politique de prix avec une prise d’effet au 1er août 2018. Découvrez si votre budget informatique est impacté et dans quelle mesure ?

Qui est touché ?

Cette augmentation concerne les services proposés en Suisse et en Suède. Microsoft justifie cette augmentation par un réalignement de ses tarifs pour une cohérence de prix avec les pays voisins de la zone Euro (basé sur l’évolution du taux de changes, des devises et de l’inflation).

L’augmentation annoncée va impacter la majeure partie des clients Microsoft car les produits concernés sont les services Office 365 (location des licences bureautiques et messagerie Cloud) et les services Microsoft Azure (serveurs et plateforme Cloud). Les coûts des services se verront respectivement réévalués de +5% et +9%.

Pas d’augmentation pour nos clients !

Chez Steel Blue nous exploitons pour nos clients des services Cloud choisis chez les leaders du marché (Amazon Web Services, Microsoft Azure et Office 365, Swisscom et Exoscale). Notre vocation n’est pas la simple revente de service mais bel et bien d’opérer l’informatique de nos clients. De la manière la plus objective, nous les conseillons dans le choix de la solution Cloud la plus en accord avec leurs besoins.

À la suite de l’annonce de Microsoft, nous avons pris la décision de ne pas appliquer ces augmentations et de respecter les prix indiqués sur les contrats initiaux pour ne pas prendre nos clients au dépourvu. Cependant toutes les nouvelles commandes de service Microsoft se feront au tarif public en vigueur.

Quelles sont les alternatives à Microsoft Azure et Office 365 ?

Comme bien souvent lors de hausses de tarif importantes, la première question qui se pose est : avons-nous le choix ?

Nous avons pris la décision de ne pas appliquer ces augmentations et de respecter les prix indiqués sur les contrats initiaux…

Pour Office 365, il n’existe pas vraiment de véritable alternative à la suite bureautique Microsoft. Bien que certaines solutions Open Source aient pu bénéficier de succès d’estime, elles n’ont pas le même rayonnement que la panoplie Microsoft.

Toutefois, concernant les services Cloud (serveurs, messagerie, stockage et partage de fichiers, outils collaboratifs), d’autres voies existent bel et bien. Amazon Web Services, Swisscom ou Exoscale offrent des choix plus ou moins onéreux avec une couverture fonctionnelle plus ou moins étendue.

A cet égard, nous ne sommes pas liés à un fournisseur et nous nous attachons à toujours orienter nos clients vers la solution qui est la plus adaptée pour eux, selon trois axes : fonctionnalité, prix, et localisation.

Analyse de vos services

Steel Blue est une société informatique née dans le Cloud. Nous avons une véritable connaissance du marché et des différentes alternatives car nous les exploitons sans distinction pour nos clients.

D’ailleurs, nous proposons régulièrement à nos clients d’effectuer pour eux une analyse de leurs services et de leur informatique, en faisant un comparatif gratuit avec les différentes solutions présentes sur le marché. Vous avez ainsi une vision à 360° des solutions disponibles avec une analyse technologique et financière complète.

Vous souhaitez challenger votre solution actuelle ? Contactez-nous et nous vous aiderons à choisir la meilleure alternative Cloud en accord avec les besoins de votre entreprise. Alors n’hésitez plus, nous sommes prêts à dégainer pour vous nos calculatrices !


 

L'excellence par Cloud dans les PME suissesLa Suisse cultive l’art du consensus. Cette qualité enviée par de nombreux voisins, peut néanmoins apparaître parfois comme un frein à la prise de virages ou l’adoption de technologies dans ses entreprises. Et pourtant, le pays regroupe toutes les conditions pour les faire passer rapidement et massivement au Cloud. Et surfer sur cette vague avec succès. Explications en 5 points.

La sécurité des données, une cause nationale

Cela pourrait paraître paradoxal de prime abord, mais le niveau de sécurité offert dans un Cloud public est bien meilleur que ce vous pouvez probablement espérer dans vos locaux. Pourquoi ? Tout est affaire de mutualisation. La concentration des moyens permet de mettre en oeuvre des solutions impayables à titre isolé. Que ce soit au niveau des accès physiques, ou de la protection des données et du réseau. Qui pourra prendre le risque de continuer à mettre en danger ses données alors que des solutions efficaces et bon marché existent ? Une position probablement difficile à tenir dans un marché exigeant où la sécurité est érigée en priorité.

Les certifications nécessaires dans les secteurs sensibles

Les prestataires de Cloud publics se sont lancés dans une course à la certification. ISO, PCI DSS, j’en passe. Ces termes barbares cachent leur engagement à assurer des niveaux de service toujours plus élevés. Et garantir une protection qui leur donne toujours une longueur d’avance. Ils creusent ainsi le fossé avec les capacités de certification des entreprises qui conservent leurs infrastructures de calcul et de stockage sur site. A tel point que leurs nouvelles cibles sont désormais les secteurs réputés les plus sensibles jusqu’ici, et aussi les plus régulés : médical, bancaire, finance. Les freins à l’adoption du Cloud pour les plus réticentes tombent les uns après les autres.

Une baisse des prix bienvenue dans un contexte économique tendu

Amazon, Google et Microsoft ont relancé il y a peu la guerre des prix. Et chaque mouvement d’un de ces mastodontes secoue l’ensemble du marché, tel un séisme. Les acteurs de moindre taille sont obligés de suivre la tendance. Exoscale, leader suisse dans le domaine du Cloud public, a lui aussi annoncé une baisse massive de ses tarifs. Certains gros acteurs, tels que HP, ont déjà jeté l’éponge dans cette bataille, préférant s’en remettre à plus gros qu’eux ou attaquer des marchés de niche. Conséquence : les entreprises utilisatrices seront rapidement confrontées à un effet ciseau : face aux coûts d’investissement ou de remplacement de leur matériel dans le cadre d’une digitalisation galopante, et confrontées au franc fort depuis maintenant plus d’une année, elles auront de plus en plus de mal à ne pas céder aux sirènes du Cloud public. Et transformer l’avantage de moindres coûts en atout de compétitivité.

Les PME suisses ne pourront pas se permettre de se reposer sur des technologies vieillissantes

L’innovation suisse portée par l’innovation Cloud

L’innovation technologique est désormais tirée par les acteurs du Cloud. Certains fournisseurs historiques, tels que NetApp, leader dans la fourniture de solutions de stockage sur site, ont dû revoir leur copie. Les voilà qui déplacent dorénavant leurs investissements dans le Cloud. Ce qui aura à terme pour effet de limiter le développement des technologies traditionnelles. Les utilisateurs de ces technologies bénéficieront donc mécaniquement d’une moindre innovation. Un phénomène identique à ce que l’on observe dans la téléphonie, où l’émergence de la voix sur Internet a rendu progressivement caduque le réseau traditionnel. Les PME suisses, terre d’innovation par excellence, ne pourront pas se permettre de se reposer sur des technologies vieillissantes.

L’adoption de la fibre dans la Confédération

C’est une spécificité bien locale : la fibre optique se développe rapidement, et le taux d’adoption du haut débit est l’un des meilleurs au monde selon l’Ofcom. Ce simple brin de verre constitue le support le plus sûr à l’adoption du Cloud. Vitesse, fiabilité, pérennité : la fibre optique constitue le médium de l’avenir. Ce dernier frappe donc aux portes des entreprises, qui peuvent envisager le passage au Cloud sans crainte. Cet effet est amplifié par un écosystème de fournisseurs d’accès de qualité, et une connectivité Internet idéale au centre de l’Europe vers les poids-lourds que sont l’Allemagne, la France ou le Royaume-Uni.

A votre tour, vous aimeriez prendre de l’avance et faire profiter votre PME de l’innovation du Cloud ? Steel Blue vous propose un accompagnement et des solutions propres à vous faire anticiper ce mouvement, et vous donner des avantages compétitifs. Contactez-nous pour savoir comment tirer bénéfice du Cloud. Et n’attendez pas que d’autres le fassent à votre place.