Simplifiez et fiabilisez vos sauvegardes avec Steel Remote Backup

Parfois, nous nous sentons à l’abri avec nos solutions de sauvegarde. En réalité, ce n’est pas toujours le cas et elles ne demandent pas toutes les mêmes efforts de gestion. Savez-vous par exemple que 50% des bandes de sauvegarde sont défectueuses ?

Alors si vous ne souhaitez pas jouer à la « roulette russe » avec vos données, sachez qu’il existe des solutions de sauvegarde Cloud simples, avec des niveaux de disponibilité élevés, et 100 % managées. Envie d’en savoir plus ? Découvrez comment en vidéo !

Vous avez encore des questions ? Vous souhaitez tester notre service de backup sur un de vos postes de travail ou un de vos serveurs ? Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions et nous vous proposerons de tester gratuitement Steel Remote Backup pendant 1 mois. Contactez-nous !

Connaissez-vous le DaaS (Desktop as a Service) ?

Il y a quelques semaines, Microsoft a annoncé la mise à disposition en preview de son DaaS (Desktop as a Service). Après les serveurs, la messagerie ou encore la suite Office, Microsoft met à disposition l’un des derniers maillons manquant à la dématérialisation de l’informatique dans le Cloud : un poste de travail. Découvrez en vidéo tout ce que vous devez savoir sur le DaaS.

Cette annonce récente nous donne l’occasion de parler du Desktop as a Service. Fonctionnement, fournisseurs, usages, avantages : un véritable tour d’horizon en moins de 3 minutes. Vous aurez ainsi quelques billes de plus dans votre sac pour aborder sereinement le renouvellement (ou pas) de votre parc informatique. Bon visionnage !

 

 

Envie de tester un poste de travail virtuel dans le Cloud ? Prenez contact avec nous en ajoutant votre adresse e-mail juste ci-dessous.

 

Vous changez de prestataire informatique ? Voici 3 conseils pour viser dans le mille.

Il en va ainsi des fournisseurs de service informatique : on les remplace parfois. Par dépit, par déception, ou par attrait de la concurrence. Ou tout simplement pour gagner en modernité. Mais un tel virage est lourd de conséquence, et la seule envie de changer ne doit pas tout diriger. Aussi devez-vous vous poser quelques questions fondamentales avant de faire un choix. Et le bon.

L’informatique des entreprises, et l’infrastructure qui la soutient, a longtemps été perçue comme un actif de la société. Avec tout ce qui se réfère aux actifs : investissement, amortissement, dépréciation, entretien, vétusté. Et finalement : remplacement. Pourtant, bien des moyens mis au service de la production n’appartiennent plus désormais aux sociétés : machines, imprimantes, véhicules, locaux. Bonne nouvelle : l’informatique prend aussi ce virage depuis quelques années. La numérisation galopante des entreprises requiert de renforcer cette stratégie, afin de gagner en souplesse, et finalement de rester dans la course. Alors si le changement de prestataire informatique vous titille, voici 3 critères à considérer en priorité pour ne pas vous tromper.

Externalisation tout compris

Pour ne pas avoir à investir dans l’informatique, et subir la gestion d’un actif de plus, l’externalisation reste le meilleur choix. Par externalisation, on entend la location de ressources informatiques (par opposition à un achat). Pour un prix fixe mensuel, vous connaissez à l’avance les ressources dont vous disposez : la puissance de calcul, la mémoire, l’espace disque pour le stockage de vos données. Idéalement, cette location doit être sans engagement dans le temps : dans un univers économique des plus mouvants, difficile de savoir de quoi demain sera fait. Alors, si on vous propose un contrat sur plusieurs années, vous n’avez pas frappé à la bonne porte. La preuve ? D’après ICT Journal, plus de 50% des PME suisses auront externalisé leurs données dans le Cloud d’ici à 2020.

D’ici 1 à 2 années, une majorité de PME helvètes aura migré dans un Cloud public.

Swico, 2018

Mais l’externalisation ne s’arrête pas là. Elle comprend aussi la gestion de votre parc. Cette gestion sous-entend la maintenance des machines – la mise-à-jour des logiciels et leur configuration éventuelle, la supervision des services, le support. Idéalement, ce support doit être fourni sans limite de temps, pour un tarif fixe, ou inclus dans votre forfait. Car à quoi bon louer une infrastructure pour un forfait mensuel, si la main d’œuvre finit par se payer au prix fort via des carnets d’heure, et fait exploser votre budget ? Quitte à pousser le bouchon un peu plus loin, exigez une visite mensuelle de vos machines accompagnée d’un rapport synthétique. Cela vous fournira la preuve que le travail a bel et bien été fait.

Choisissez un guide pour le Cloud public

Maintenant que vous avez adressé la question du « quoi », posez-vous la question du « comment ». Autrement dit : quelle infrastructure externalisée sera mise à ma disposition ? Le must en terme d’infrastructure informatique est aujourd’hui proposé par les acteurs majeurs du Cloud public. Leur capacité à fournir des services de très haute qualité, à coût modique, et leur rythme d’innovation élevé relèguent progressivement les petites infrastructures locales au rang de services de niche. Signe qui ne trompe pas, Swico, l’organisme qui fédère les sociétés de service informatique en Suisse, estime que d’ici 1 à 2 années une majorité de PME helvètes aura migré dans un Cloud public.

Votre nouveau prestataire informatiques doit donc vous proposer de facto un hébergement dans le Cloud public. Dans le cas contraire, vous devez être méfiant, au risque de prendre un retard considérable. Et en tout cas le challenger sur les niveaux de services qu’il pourra vous proposer. A titre d’exemple, la disponibilité des données dans le Cloud public est généralement de 99.99%, soit moins d’une heure d’indisponibilité par an. Et un serveur virtuel dans le même environnement sera disponible à 99.95%. Evidemment, des pénalités doivent s’appliquer au fournisseur si ces niveaux de service n’étaient pas atteints.

La norme : la location sans engagement

Qui dit externalisation dans le Cloud public, dit donc location. Ce système de consommation de services devient la norme, dans tous les domaines. Mais pas n’importe quelle location : vous devez exiger de la souplesse. Vous payez votre forfait mobile de mois en mois, et le plus souvent sans engagement dans le temps : c’est bien. Mais surtout, vous avez la possibilité de l’adapter au fil du temps : si vous partez en vacances, ajouter du roaming pour 1 mois seulement, c’est mieux. Et si votre informatique était régie par les mêmes règles ?

C’est exactement ce que vous êtes en droit d’exiger. Si on vous propose de racheter du matériel lors d’un changement de prestataire informatique, vous devrez dimensionner pour tenir quelques années. Et si cela ne suffit pas, vous devrez repasser à la caisse. Mais si vous aviez vu trop large ou qu’une de vos applications ne soit finalement plus utile ? Difficile de vous retourner vers lui et lui rendre quelques GHz ou quelques Mégaoctets. Ou même un serveur complet. C’est pourtant ce que le Cloud public vous permet : plutôt que de rester avec du matériel sur les bras, vous pouvez adapter les ressources à la hausse mais aussi – et surtout – à la baisse.

Vous l’aurez compris : en informatique aussi, les temps changent. Fini les ordinateurs à l’ancienne, et les serveurs poussiéreux qui traînent sous les bureaux. Vos ressources IT se doivent de suivre la cadence, pour faire face aux défis auxquels votre PME est confrontée. Au-delà des ces 3 conseils basiques, c’est toute votre stratégie qui doit s’adapter à la modernité ambiante. Alors si l’envie vous prenait de toute remettre à plat, et d’aller un peu plus loin, n’hésitez pas à nous mettre au défi de votre informatique. En un clic grâce au formulaire ci-dessous.

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud

 

 

 

 

 

 

Serveurs Cloud

Wifi professionnel

Réseau informatique

Téléphonie IP

NAS Synology

Data Recovery Plan

Mobile Device Management