poste virtuel

30%. C’est le taux de panne d’un ordinateur portable pendant les 3 premières années de son utilisation. Qu’il s’agisse d’un incident matériel ou d’un accident. A la clé : une indisponibilité du poste pendant 1 à 2 jours. Et ceci sans compter les risques de perte de données. Dans un monde hyper-connecté, le manque à gagner est considérable. Alors, inéluctables les pannes informatiques au 21ème siècle ? A voir.

1 chance sur 3 : ça sera donc la probabilité que vous aurez de subir un panne d’ordinateur dans les 3 ans qui suivront son achat. Dans 2 cas sur 3, c’est le matériel qui jettera l’éponge, et dans la majeure partie des cas (80%), il s’agira d’un dysfonctionnement du disque dur – le composant en charge de stocker système d’exploitation et données.

Autrement dit, 1 ordinateur sur 5 dans votre entreprise souffrira d’une panne, avec un risque majeur de perte de données. La réparation qui en découlera – ou même l’achat d’un matériel de remplacement – nécessitera au minimum une journée d’effort pour rétablir l’environnement de travail initial. Et vos données seront tout simplement perdues si vous n’avez pas pris de précaution.

Alors que la dépendance aux technologies n’a jamais été aussi forte, une telle exposition au risque semble paradoxale. Et un peu anachronique, avouons-le.

Pannes informatiques : le maillon faible du digital

Le fait est que nos chères machines embarquent un nombre considérable de composants. Et que l’augmentation de leurs performances d’une part, et la miniaturisation constante qui les affecte, viennent contrecarrer la fiabilisation de l’électronique moderne. Les mauvais esprits mettront sans doute en cause aussi l’obsolescence programmée : il doit y avoir aussi un peu de ça.

Comme il n’est pas question de nous passer d’informatique, 2 solutions s’offrent à nous : limiter les risques de panne d’une part, et les effets d’un crash d’autre part.

La fiabilité des services de poste de travail virtuel à la demande est tout simplement insolente. Et garantie.

Une fois n’est pas coutume, évacuons le volet conséquences : une sauvegarde systématique et régulière de vos données, et un stockage dans le Cloud de vos fichiers, applications et emails vous mettront à l’abri d’un arrêt d’activité forcé. Au pire devrez-vous utiliser un appareil personnel ou un PC en stock pour y accéder le temps de récupérer votre ordinateur préféré.

Mais évidemment, le plus confortable serait de ne tout simplement pas subir de panne matérielle. En toute logique, dématérialiser votre ordinateur avec un poste de travail virtuel dans le Cloud vous permettra de résoudre cette équation.

Poste de travail virtuel : des garanties qui font la différence

La fiabilité des services de bureau virtuel à la demande (DaaS, Desktop as a Service) est aujourd’hui presque insolente. Tout simplement parce que les fournisseurs savent aujourd’hui détecter et prévenir les pannes. Et garantir que le matériel qui fait tourner votre session est toujours en parfait état de marche, ou le changer si le moindre risque est détecté.

Quelques chiffres ? Amazon Web Services annonce aujourd’hui un taux de disponibilité mensuelle contractuel de 99.9% de son service de bureau virtuel Cloud. Soit un total d’un peu plus de 8 heures par an d’indisponibilité. Ce qui ne signifie pas que votre ordinateur soit cassé, mais uniquement que le service ne soit pas accessible. Les données, elles, sont garanties à 99.999999999%.

Pour vous connecter, un simple terminal fiable et bon marché suffira.

Et en dehors des pannes de matériel ? En cas de crash du système d’exploitation, les outils intégrés de gestion des images permettent de reconstruire un poste à son état original en l’espace de quelques minutes. A comparer à la journée de travail nécessaire à la remise en ligne d’un poste cassé. De quoi travailler sereinement.

Du matériel limité à sa plus simple expression

Evidemment, vous aurez toujours besoin d’un appareil pour faire office de terminal et vous connecter à distance à votre poste de travail virtuel. L’utilisation d’un terminal Dell Wyse par exemple finira de vous convaincre. Avec une durée de vie moyenne de 7 années, une consommation électrique presque nulle, et un coût d’achat faible, ces appareils complètent idéalement les bureaux virtuels.

Facebook ne s’y est pas trompé, qui utilise désormais ce type de solution de manière généralisée autour du monde pour plusieurs milliers de collaborateurs externes. Avec un gain inestimable si l’on considère que ces prestataires sont payés à la journée et ne peuvent rester en panne d’ordinateur.

Pour nos clients PME suisses, un (peu) plus petits que Facebook, l’avantage est toutefois du même ordre : fiabilité et accessibilité sont décuplées. Avec la sensation d’avoir changé d’ère : plutôt que d’exploiter du matériel informatique, ils deviennent des consommateurs d’un service stable et performant. Le tout pour un coût compétitif. La fin (définitive) des pannes d’ordinateur ?

Emmanuel Dardaine

emmanuel dardaine expert cloud