Meilleur Cloud

En quelques années, le marché du Cloud pour les PME est devenu mature. Celles qui s’apprêtent à faire le choix de leur fournisseur jouent par nature la carte de la proximité. Elles sont tentées de se tourner vers des acteurs locaux, qui assurent aussi bien l’hébergement Cloud que l’exploitation. Mais le Cloud est vaste. Et faire ce choix risque de leur masquer quelques subtilités du marché. Alors qu’il est possible d’obtenir le meilleur des deux mondes.

Il y a encore 2 ou 3 années en arrière, parler de Cloud à une petite entreprise de Genève ou Lausanne revenait à entendre, assez souvent, la même question : où sont hébergées mes données ? Avec en filigrane le besoin rassurant de les conserver en Suisse. Si ce verrou tend à sauter un peu plus chaque jour (41% des patrons suisses n’y étaient plus attachés en 2016), le besoin de proximité ne s’est pourtant pas évaporé. Mais avec qui voulez-vous être proche finalement : vos données, ou celui qui les gère ?

Au mois d’avril dernier, la FINMA a ouvert la voie à un assouplissement de l’accès au Cloud pour les entreprises qui dépendent d’elles. Sorte de dernier bastion à tomber, cela facilite l’accès des banques et des assurances à l’infogérance et à des services Cloud hors de Suisse. Entre les lignes, on comprend le besoin qu’ont ces entreprises de gagner en compétitivité dans un contexte de concurrence accrue et d’échange de données facilité en Suisse.

Le vrai-faux débat sur la localisation des données

Les tenants de l’hébergement en Suisse défendent leur position en arguant d’une meilleure protection des données. Grâce notamment à la nécessité de faire appel à l’intervention de juges pour y accéder dans le cadre d’une procédure. Autre atout : la stabilité politique du pays. Si ces faits sont indéniables, il faut savoir que le reste de l’Union Européenne jouit peu ou prou des mêmes conditions.

Ayant eu le privilège d’être représentant d’un opérateur télécom auprès du DFPJ, je peux aussi confirmer que si les juges doivent être sollicités pour signer des demandes d’accès aux données, ils ne se privent pas pour le faire. Les demandes ont explosé aux débuts des années 2010.

Quant à la stabilité, Le Royaume-Uni ou l’Allemagne, grands pourvoyeurs d’hébergement Cloud, ne sont pas tout à fait des républiques bananières. Si ces avantages ont été de réels « plus » pour la Suisse, ils tendent à s’estomper avec le temps. Bien aidés par la moindre sensibilité des clients, qui utilisent iCloud, Dropbox et WeTransfer à tour de bras.

Peser tous les critères

La question n’est pas ici de déterminer si un Cloud en Suisse est plus sécuritaire qu’un Cloud hors des frontières. Car souvent, des critères subjectifs et arbitraires feront finalement pencher la balance. La question consiste plutôt à ne pas s’interdire de tout évaluer pour prendre la bonne décision. Et surtout, de distinguer l’hébergement (« où ») et l’exploitant (« qui »).

Vos données seront là où vous le désirez. Attardez-vous plutôt sur qui va les gérer.

Un exploitant qui vous emmènera exclusivement vers son propre Cloud sans vous proposer d’alternative doit vous mettre la puce à l’oreille. Les géants du Cloud vous assureront des niveaux de service (réels, et non pas contractuels) sur lesquels des acteurs de moindre importance ne pourront pas s’aligner. Rien ne vous empêche d’y aller, mais en connaissance de cause : vous devrez savoir quelle sera la contrepartie à ce choix (moindre fiabilité, fonctions limitées).

A la question de la localisation, nous avons plutôt pris le parti de répondre : où vous voulez ! Et d’ajouter : ne considérez pas uniquement ce critère. Votre choix doit être évalué selon 3 axes : le prix, la localisation, et les fonctionnalités. Nos partenaires hébergeurs Cloud se trouvent en Suisse, mais pas seulement. Certains sont chers, et d’autres moins. Certains offrent tous les services possibles et inimaginables, et d’autres ont une couverture fonctionnelle moindre.

Au final, c’est quoi le meilleur Cloud ?

Une société spécialisée dans le trading (un monde ouvert par nature) n’aura pas les mêmes contraintes qu’une fiduciaire ayant pignon sur rue sur la place de Genève. Une startup voudra accéder à ses données en mobilité, avec des fonctions avancées à moindre coût. Alors qu’une entreprise de déménagement aura des besoins bien plus simples. Autrement dit, si la localisation des données peut rester un enjeu, elle ne doit pas masquer la réalité. Ni l’évolution rapide du marché Cloud. Les autres critères de choix doivent donc être pesés avec autant d’attention.

Pour atteindre ce but, le plus simple est de décorréler le choix du prestataire de service – celui qui exploitera votre informatique – de celui de l’hébergement. Ce qui vous assurera une certaine neutralité lors du choix. Sans remettre en cause la proximité que vous recherchez. Nous avons pour habitude de dire : ne choisissez pas un Cloud, mais le meilleur Cloud pour vous, et l’expert qui va avec. Et si vous ne connaissez pas d’expert Cloud autour de vous, rien de grave. N’hésitez pas à nous envoyer vos coordonnées grâce au formulaire ci-dessous. On devrait arriver à vous trouver ça rapidement.