risque informatique

Comment maîtriser le risque informatique lors d’un rachat de PME

Selon Crédit Suisse, 20% des PME suisses prévoient de céder la propriété de leur entreprise dans les 5 ans. Dans ces moments cruciaux, les tâches ne manquent pas : audit, évaluation, négociation, transition. L’informatique reste en général le parent pauvre de ces acquisitions. Elle est pourtant le support incontournable de la bonne marche des affaires. Faire les bons choix, dès le début, peut vous sauver la mise. Voici 3 conseils pour un rachat en toute sérénité.

Racheter une entreprise, c’est répondre en premier lieu à un enjeu simple : assurer la continuité des affaires. Avant d’entamer la nécessaire phase des transformations. L’informatique reste une pierre majeure de l’édifice. Et pourtant elle est souvent négligée. Vécue comme un mal nécessaire et une source de coûts, elle est rarement perçue comme un outil de productivité.

Et pourtant, les données font partie intégrante, avec le savoir-faire et les actifs, de la valeur de l’entreprise. Sous-estimer l’état de l’informatique, et donc la pérennité de ces données, c’est s’exposer à un risque important. Risque auquel il sera difficile de faire face en cas de souci. Autant anticiper les choses le plus possible. Sans pour autant mettre à mal la trésorerie, particulièrement sollicitée en ces temps de reprise.

Stabiliser l’existant

Premier point à traiter d’urgence : assurer la protection et la duplication des données. Cela commence par leur localisation : si elles sont centralisées sur un serveur, c’est mieux. Si elles se trouvent sur des postes isolés, il faudra en faire le tour, un par un. La question suivante consistera à définir si une copie existe, pour chacune des sources de données, et si cette copie est automatique. Et enfin, si ces copies sont effectuées dans vos murs ou ailleurs.

Idéalement, vous devrez profiter de cet inventaire pour centraliser vos fichiers, dans la mesure du possible, sur votre serveur de fichiers. Cela facilitera leur gestion, et la mise en place des copies. Celles-ci auront lieu obligatoirement dans le Cloud, pour vous prémunir des risques basiques : incendie, vol, dégât des eaux. Bonne nouvelle, les coûts restent minimes, que ce soit ceux des outils de sauvegarde ou des espaces de stockage Cloud. Quelques dizaines de francs par mois pour 1TB, soit 1’000GB. La sécurité n’a pas de prix, mais en l’occurrence il est modique.

Evaluer les risques informatique

Vous voilà donc à l’abri. Une fois les données sous contrôle, vous pouvez envisager d’estimer parmi vos ordinateurs ce qui est encore en état et ce qui ne l’est plus. Et pour les machines qui sont en fin de vie, vous devrez vous poser la question de leur remplacement. Avant même de parler d’évolution et de modernisation, la question à vous poser n’est pas tant « quand », mais « si ». En d’autres termes : devez-vous uniquement lutter contre la vétusté, ou envisager un changement plus drastique ?

Opter pour le Cloud lors de votre rachat, c’est changer d’époque et devenir un consommateur de services informatiques à la demande

Prenons un exemple : votre serveur de messagerie est à bout de souffle. Il contient des années d’archives email, soit une bonne partie de la connaissance de l’entreprise. Et comme il montre des signes de faiblesse, vous vous dites qu’il faut le remettre à jour. Ce qui risque de vous coûter un bras. Votre trésorerie y est-elle prête ? Il n’y a plus de raison aujourd’hui de s’équiper d’un serveur dédié dans une PME. Les solutions en ligne telles que Workmail ou Office365 vous offrent mieux pour le prix d’un abonnement mensuel abordable. Et évidemment, vous aurez une fiabilité sans faille, tout en bénéficiant plus tard de nouvelles fonctionnalités et de possibilités de modernisation.

Evoluer vers le cloud

Maintenant que vous savez ce que vous devez changer, reste maintenant à définir un plan d’évolution. Et pour chaque pièce de votre infrastructure, vous devrez vous demander si vous dématérialisez ou pas. Ne nous mentons pas : il y a peu de raison de reprendre un cycle d’investissement dans du matériel. Pour des raisons économiques, et aussi pour des raisons de pérennité dans le temps. Votre situation est finalement une réelle opportunité : celle de changer de modèle. Et d’utiliser le risque de votre informatique vieillissante comme une réelle opportunité de modernisation.

Utiliser des services Cloud vous garantira d’éviter les investissements massifs. En adaptant la consommation de ressources informatiques à votre activité, à la hausse ou à la baisse. Avec à la clé un contrôle permanent des coûts et des risques. Le paiement à l’usage de ces services via des forfaits mensuels tout inclus, sans engagement, vous garantit d’éviter les surcoûts de fin d’année ou de fin de mois.

Que vous soyez en plein rachat, en phase de consolidation ou en étude de reprise, le timing est le bon. Chez Steel Blue, nous accompagnons nos clients dans ce changement. Et nous les faisons changer d’époque : ils passent de l’achat et l’exploitation de leur matériel informatique, à une ère de consommation de services informatiques à la demande. Vous êtes aussi dans cette situation ? Demandez-nous de venir vous voir pour évaluer la pertinence de nos solutions dans votre cas en vous inscrivant ci-dessous. Vous ne risquez rien, à part de profiter du Cloud comme d’un levier majeur dans la réussite de votre rachat d’entreprise.

Steel Blue : all inclusive, all right !